Hide

Cyclisme : Paris-Roubaix, un parcours gravé dans le pavé

Quand il laisse derrière lui les trois majestueux chevalements de la fosse minière d’Arenberg, franchit le passage à niveau et se jette à 60 km/h dans la trouée du même nom, le coureur du Paris-Roubaix sait où il met les roues. La centaine de kilomètres menant au vélodrome est devenue immuable, ou presque, depuis des dizaines d’années. La classique du Nord en revient toujours à ses pavés disjoints et ses villages de brique dont les noms résonnent jusqu’en Australie : Arenberg, Mons-en-Pévèle, Templeuve ou le Carrefour de l’Arbre. Logique, à première vue : évacuer la fantaisie, ne serait-ce pas la fonction d’une classique ? Pourtant, dans le club des cinq « monuments », ces classiques que l’histo ...